Skip to Content

Deir el Médineh : compte-rendu de la 13e rencontre égyptologique de Nîmes. Partie 1

En janvier dernier, l’association égyptologique du Gard organisait sa grande journée annuelle. Le thème 2018 était le village de Deir el Médineh. La journée a fait salle comble et les diverses conférences ont été fortement appréciées. La journée a débuté par une conférence de Jean-Pierre Patznick qui a remplacé une conférencière n’ayant pu se déplacer. L’égyptologue a évoqué un sujet pas forcément connu du public : les lits clos. Ces étonnantes structures sont typiques du village et peut être d’Amarna même si les preuves sont ténues. Ces lits clos sont constitués d’une plateforme avec un étroit escalier. Lorsque ces vestiges sont découverts, le nom de lits clos est donné mais est-ce pour autant des lits réels ou autre chose ? Leur nombre atteint une trentaine, peut être plus. La moitié des maisons du village en possèdait. 

Le lit se situe dans la première pièce de la maison. La structure est placée contre le mur. L’orientation ne semble plus fixée. Des objets y ont été découverts durant les fouilles. Nous savons que des femmes sont des adoratrices d’Hathor et peuvent être chanteuses d’Amon ou de Mout. Parfois elles cumulent les titres. La question qui se pose : des liens existent-ils entre les femmes et les lits clos ? Hathor est protégée par Bès. Or, Bès est une des thèmes décoratifs de ces lits clos. Une structure à baldaquin était aménagée, avec une hauteur de 2,5 mètres. Bès était parfois représenté à l’entrée et au-dessus de la porte. 

Quelques exemples :

- maison 12 : Bès avec une femme debout dans les marécages

- maison 13 : Bès avec des couteaux

- maison 1 : une superbe frise d’1,22 mètre avec peut être une scène d’allaitement

- maison 8 : une danseuse avec une double flûte et surtout un tatouage de Bès sur les cuisses

Parfois la lyre est représentée. Cet instrument est rattaché à Bès. Un fragment de masque représentant le visage du dieu a été découvert durant les fouilles. Bref, Bès est omniprésent et lié à ces lits. Les objets, les décors peuvent rattacher le lit clos à la toilette du matin, à la naissance, à l’allaitement, à la beauté mais aussi à la notion de protection. Nous savons aussi que Bès avait un culte répandu dans le village. Il est possible que ce lit soit appelé edet par les anciens égyptiennes. Ce qui pourrait correspondre à une sorte de kiosque. Il semble que ces lits soient inconnus avant la 19e dynastie. 

Le chercheur s’interroge alors : est-ce une chambre de naissance ou un lit d’accouchement ? Mais pour l’égyptologue, on peut y voir un lit autel consacré aux femmes, génitrices de la famille et donc avec des besoins de protections, notamment durant les jours suivants la naissance. 

La nature de ces lits est difficile à cerner. Car il pourrait aussi d’agir d’un lit symbolique ou d’un autel pour le culte des ancêtres, le culte du ka familial. Mais ces lits pourraient avoir plusieurs fonctions comme une petit sanctuaire pour une bonne grossesse. L’étroitesse de l’escalier montre qu’il ne s’agit pas d’un lit réel.

Le débat reste ouvert. 

 

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

  • Tags HTML autorisés : <a> <b> <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <dl> <dt> <em> <i> <img> <li> <ol> <p> <span> <strong> <u> <ul>
    Allowed Style properties: text-align

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Ceci sert à tester si vous êtes un utilisateur humain afin de contrer les robots spammeurs
                                                                                   
88 88 db db 8b d8 888888888888
88 88 d88b d88b Y8, ,8P ,88
88 88 d8'`8b d8'`8b Y8, ,8P ,88"
88 88 d8' `8b d8' `8b "8aa8" ,88"
88 88 d8YaaaaY8b d8YaaaaY8b `88' ,88"
88 88 d8""""""""8b d8""""""""8b 88 ,88"
Y8a. .a8P d8' `8b d8' `8b 88 88"
`"Y8888Y"' d8' `8b d8' `8b 88 888888888888



actualite | about seo