Skip to Content

l'art du contour : l'exposition événement au musée du Louvre

Le dessin est une composante essentielle de l’art dans l’Égypte ancienne. Point de départ dans l’élaboration des autres techniques artistiques comme la peinture, le relief, la ronde-bosse, les arts décoratifs et l’architecture, le dessin est ici considéré comme l’art du contour : dessinateurs et peintres sont usuellement désignés comme les « scribes des contours » ou « ceux qui tracent les formes ». 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragment de paroi de tombe royale XIXe dynastie, calcaire peint, n° A8, Musée Cal- vet, Avignon © Musée Calvet, Avignon. 

 

Les Egyptiens accordent toujours une place prépondérante aux formes et aux figures, remplies ou non d’aplats de couleurs. Le rapprochement dans L’art du contour de cet art formel et de l’écriture hiéroglyphique, composée de figures juxtaposées et interconnectées permet de souligner et d’analyser les liens et les différences entre l’écriture et le dessin égyptiens, entre les hommes de lettres et les artistes. Preuve de l’interpénétration de l’écrit et du dessin, les égyptiens ne possèdent alors qu’un seul terme le verbe « sesh », soit « tracer /dessiner » pour signifier « écrire », « dessiner » et « peindre » preuve supplémentaire de cette articulation entre écriture et dessin, symptomatique de l’art du contour en Egypte ancienne. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait de Senenmout, XVIIIe dynastie. Hatchepsout -Thoutmosis III, 31.4.2, New York, MMA © The Metro- politan Museum of Art, Dist. RMN-GP / image of the MMA. 

L'exposition

L’exposition évoque les pratiques et les caractéristiques du dessin égyptien et notamment la multiplication des points de vue, le hiératisme des figures ou encore l’absence de perspective qui déroutent beaucoup l’observateur occidental. Ce décryptage fondamental de l’art égyptien, acquis de longue date par les spécialistes, mais rarement présentés de façon muséographique, permet d’analyser les codes qui régissent les figures de l’art officiel ainsi que des oeuvres plus spontanées. L’apprentissage du dessin est illustré par des exercices et des modèles, la mise en œuvre par des études préparatoires et des ébauches. L’importance du dessin/ modèle tracé pour aider le travail du sculpteur est particulièrement remarquable sur le Fragments de papyrus avec esquisses préparatoires pour un sphinx, chaque détail est dessiné à l’intérieur de grilles de repères, qui servaient de guides au sculpteur chargé de reproduire ce modèle en trois dimensions dans une pierre de taille. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

16. Papyrus mythologique, XXIe -XXIIe dynastie. N 3292, département des Antiquités égyptiennes, musée du Louvre, Paris © Musée du Louvre, dist. RMN-GP / Georges Poncet. 

Papyrus et ostraca

Une sélection d’ostraca, ces éclats de calcaire ou tessons de poterie qui ont servi de supports aux dessins attestent d’une production intime et personnelle. Ils montrent l’extrême variété des dessins, permettent de pénétrer au cœur de l’inspiration qui a guidé les artistes et offrent la possibilité d’entrevoir une création individuelle étonnante. L’imaginaire des Egyptiens est dévoilée, à commencer par leurs dieux, ces créatures hybrides qui protégeaient la vie ici-bas et dans l’au-delà, notamment par la magie des dessins (textes et images) tracés sur le cercueil. La momie du défunt sera protégée et pourvue de tous les biens dont elle aura besoin dans l’éternité. Les humains aussi sont représentés, au premier rang desquels apparaît le pharaon, majestueusement illustré par le grand ostracon de la Tête de Ramsès VI coiffé de la couronne qui figure Ramsès VI dans la majesté de ses traits imposants, dessinés d’abord à l’encre rouge et achevés à l’encre noire, aux joues délicatement rehaussées d’une peinture ocre rouge et aux lèvres peintes en rouge. Quelques représentations d’obèses, d’hommes hirsutes ou d’étrangers caractérisés par un physique non-égyptien, témoignent d’une volonté de réalisme. Une place particulière est réservée aux dessins satiriques et érotiques, dont l’exemple le plus stupéfiant est le papyrus pornographique de Turin, qui mêle parodies animalières et scènes érotiques très audacieuses. Ces œuvres très inattendues, qu’elles soient humoristiques ou érotiques, sont bien loin des canons égyptiens qui persistent dans l’imaginaire collectif occidental. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragment de paroi peinte: femme respirant une fleur (banquet). XVIIIe dynastie, Kestner Mu- seum 1962-69, Hanovre © Christian Tepper, Mu- seum August Kestner, Hanovre. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ostracon figuré satirique : la souris et le chat, Ramesside, calcaire. E6727, Musées Royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles © Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fragments de papyrus avec esquisses prépara- toires pour un sphinx, Ptolémaïque IIe-Ier siècle av JC, papyrus, AM 11775, Antikensammlung Ägyp- tisches Museum und Papyrussammlung, Berlin © Staatliche Museen zu Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung, Foto Sandra Steiss. 

Ce papyrus est très rare car nous connaissons assez peu d'exemples équivalent où un artiste indique les proportions selon une grille définie.

Colloque : Samedi 8 Juin 2013 de 10h à 18h - "le dessin dans l’Egypte ancienne : pratiques, fonctions et usages."

les plus grands spécialistes du dessin dans l’Egypte ancienne rendront compte des derniers découvertes sur les caractéristiques, les techniques, les pratiques, les liens essentiels avec l’écriture, la mise en perspective des fonctions et des usages du dessin tel que, pendant plus de trois millénaires, les « scribes des formes » ou « scribe des contours » l’ont créé, se plaçant ainsi au premier rang des artistes du monde antique. 

quand : du 19 avril au 22 juillet. tous les jours sauf le mardi.

Ostracon figuré : Tête de Ramsès VI coiffé de la couronne royale, XVIIIe dynastie. N 498, département des Antiquités égyptiennes, musée du Louvre, Paris © Musée du Louvre, dist. RMN-GP / Christian Décamps. 


 

 




Commentaires

Salut François,Merci pour ce

Salut François,

Merci pour ce dossier,

je vais la visiter le 1er juin, ça va être superbe!

 

etienne

 

Publier un nouveau commentaire

  • Tags HTML autorisés : <a> <b> <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <dl> <dt> <em> <i> <img> <li> <ol> <p> <span> <strong> <u> <ul>
    Allowed Style properties: text-align

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Ceci sert à tester si vous êtes un utilisateur humain afin de contrer les robots spammeurs
                                                                              
ad88888ba 88888888888 888888888888 88888888ba, db
d8" "8b 88 ,88 88 `"8b d88b
Y8, 88 ,88" 88 `8b d8'`8b
`Y8aaaaa, 88aaaaa ,88" 88 88 d8' `8b
`"""""8b, 88""""" ,88" 88 88 d8YaaaaY8b
`8b 88 ,88" 88 8P d8""""""""8b
Y8a a8P 88 88" 88 .a8P d8' `8b
"Y88888P" 88888888888 888888888888 88888888Y"' d8' `8b



actualite | about seo