Skip to Content

Le siècle de Cléopâtre : ce que l'on sait, ce que l'on ne sait pas de la grande reine

La découverte récente de momies à Taposiris Magna s'est transformée : la tombe de Cléopâtre retrouvée, la momie de reine découverte, etc. Que ces momies datent 1er siècle avant notre ère est une chose, dire qu'il s'agit de la reine, c'est oublier la réalité archéologique du site. 

Depuis plusieurs années, Kathleen Martinez explore le site, avec une idée en tête : découvrir la tombe de Cléopâtre. C'est bien là tout le problème. La présence de la reine sur le site est pour le moins réduite et plusieurs objets posent un problème de datation. 

La fin tragique d’une dynastie

La dernière reine d’Égypte, Cléopâtre VII, est mondialement connue pour plusieurs raisons : le grand film Cléopâtre avec Elisabeth Taylor, le caractère exceptionnel de cette femme de pouvoir, ses passions pour Jules César et Marc Antoine, sa mort. Sa vie est un roman mélodramatique. Son ambition se brisa sur les armées romaines et la volonté de Rome de conquérir l’Orient. Et pourtant, au-delà de ces images, Cléopâtre fut un grand pharaon par les nombreuses constructions qu’elle poursuivit ou démarra, par sa volonté de garder l’Égypte en dehors de l’influence romaine. Elle parlait l’ancien égyptien, chose unique pour un roi de la dynastie ptolémaïque. Qui était donc cette Cléopâtre, 7e du nom ? 

Par François Tonic / extrait de Pharaon Magazine n°9

Cléopâtre naît en 69 avant notre ère. L’Égypte est alors dirigée par son père, Ptolémée XII Neos Dionysos. Il monte sur le trône en 80 à l’âge de 37 ans. Son règne est marqué de 30 ans de rivalités dans la famille royale et les différentes branches familiales entre Ptolémée IX, Ptolémée X et Ptolémée XI, conséquence des conflits qui existent chez les Ptolémée depuis un siècle.

Une guerre dans la famille royale (145-116 av. J.-C.).

La mort de Ptolémée VII en 145 en Syrie ouvre une dangereuse succession. Faute de mieux, la population d’Alexandrie, toujours prompte à se révolter, doit accepter le couronnement de Ptolémée VIII. Il vit à ce moment-là en Lybie et part pour l’Égypte. Il épouse sa sœur, Cléopâtre II. Brutal et sans scrupule, Ptolémée VIII ordonne le meurtre d’un jeune fils de Ptolémée VI, rival potentiel et n’hésite pas à tuer de ses mains sa propre mère… tandis que la puissance de l’Égypte décline une nouvelle fois. Le nouveau roi évacue les dernières possessions égyptiennes en mer Égée. Désormais, le royaume se contente de l’Égypte, une partie de la Nubie, de la Cyrénaïque et de Chypre. L’empire de Ptolémée I est définitivement enterré. Vers 141, il se marie à une fille de Cléopâtre II, Cléopâtre III. Cette décision indigne une partie de la population et surtout provoque de nouvelles tensions dans la famille royale, les deux Cléopâtre devenant rivales.

Une nouvelle guerre civile éclate dès 132 entre Ptolémée VIII et les partisans de Cléopâtre II. La même année, Ptolémée VIII s’exile avec sa seconde reine pour mieux reconquérir son trône. Cléopâtre II dirige alors le pays. Après de multiples rivalités et révoltes en Égypte, et après avoir battu les armées de l’empire séleucide, Ptolémée VIII reprend le contrôle d’Alexandrie en 127. La répression est brutale avec de nombreux morts chez les partisans de Cléopâtre II qui, incroyable, mais vrai, reforme de nouveau le couple royal avec Ptolémée VIII et Cléopâtre III (en 124) ! Un trio infernal ! Ptolémée VIII fut un pharaon de tous les extrêmes : intensification du commerce, particulièrement vers l’Inde, et expulsion des savants du Musée !

Ptolémée VIII meurt en 116. Après la terrible guerre civile qui déstabilisa le pouvoir royal, il aurait fallu un règne de réconciliation. Malheureusement, la succession sera désastreuse pour l’Égypte…

Ptolémée IX, Ptolémée X, Ptolémée XI : le trio meurtrier 

Toujours vivantes, Cléopâtre II et Cléopâtre III continuent à influencer et vouloir imposer leur pouvoir, mais rapidement Cléopâtre II meurt. Cléopâtre III règne avec Ptolémée IX. Mais cette « entente » ne tient pas. En 107, Cléopâtre III pousse les Alexandrins à se révolter contre le roi. Ce dernier s’enfuit et Ptolémée X monte sur le trône (107-88). L’intrigante reine meurt en septembre 101. Le royaume d’Égypte perd l’un des derniers territoires étrangers : la Cyrénaïque, région riche et commerçante. Cette perte est un camouflet retentissant pour Ptolémée X. C’est le résultat d’une véritable trahison. En effet, ce territoire à l’ouest de l’Égypte était dirigé par un membre de la famille royale. Ptolémée Apion, fils de Ptolémée VIII, hérite du royaume en 116. Il meurt en 96. Mais au lieu de léguer le royaume à l’Égypte, il le lègue aux Romains ! Ils refusent d’intégrer le royaume, mais acceptent les droits de la couronne. Les cités sont déclarées libres. L’Égypte perd donc le contrôle du territoire et son argent…

En 88, une révolte de l’armée et une situation confuse à Alexandrie favorisent le retour de Ptolémée IX qui remonte sur le trône (88-81). Il décide de reprendre en main la Haute Égypte alors en pleine révolte. Mais ce n’est pas pour autant que Ptolémée X laisse faire. Il cherche à recruter une armée. L’Égypte traverse une crise économique sans précédent et la pression fiscale est si importante que des villages entiers sont désertés de leurs habitants ! C’est dans ce contexte difficile que Ptolémée IX meurt.

La reine Cléopâtre Bérénice III dirige alors le pays et Ptolémée XI porte la couronne (80). Il était le fils de Ptolémée X. Le nouveau roi assassine la reine. Ce meurtre révolte Alexandrie qui prend les armes. Ptolémée XI meurt à sa tour.

Ptolémée XII : le roi ruine son pays

Les Alexandrins avaient décapité la dynastie royale. Il fallait agir rapidement. Les Romains surveillaient la situation et pouvaient intervenir à tout moment. La ville ordonna aux deux fils de Ptolémée IX de revenir en Égypte. L’un d’eux devint roi sous le nom de Ptolémée XII. Mais pour le nouveau pharaon, la situation était difficile : crise économique, instabilité politique. Surtout, les Romains exigeaient beaucoup d’argent pour le reconnaître roi d’Égypte. Ils agitaient un rival potentiel : Ptolémée X, toujours vivant !

Malgré tout, jusqu’au milieu des années 60, Ptolémée XII règne sans trop de soucis sur l’Égypte. À ce moment-là, l’Égypte est au centre des rivalités des clans politiques s’opposant à Rome. Les uns veulent annexer purement et simplement l’Égypte pour les richesses du pays, les autres repoussent l’idée sans pour autant dire autre chose. Cicéron, un des plus fameux politiciens romains du siècle, s’oppose formellement à toute annexion. Ptolémée XII pratique alors un lobbying intensif à Rome et dépense une partie du trésor égyptien pour acheter les politiciens de tous les partis pour assurer son trône. C’est alors qu’il va aider financièrement Pompée dans les conquêtes romaines en Orient. En 59, Ptolémée XII pense assurer son trône et devient officiellement un ami de Rome. Mais un événement va faire basculer le règne : la perte de Chypre qui devient province romaine. Ptolémée XII quitte l’Égypte avec ses enfants, dont Cléopâtre VII. Bérénice IV prend alors le trône.

Le roi en exil va à Rome où il cherche à rallier des dirigeants romains à sa cause. Il va de nouveau se ruiner. Et finalement, il trouve un appui favorable avec Pompée. Une armée romaine pénètre en Égypte et reprend le trône à la reine qui meurt. Ptolémée gouverne de nouveau (55-51), mais la boîte de Pandore a été ouverte : les Romains ne partiront plus d’Égypte. Pis, Ptolémée XII va jusqu’à promettre la totalité d’une année fiscale à César et Pompée pour être reconnu roi d’Égypte. Mais cette reconnaissance, si chère payée, sera toujours ambiguë et s’arrête là où les intérêts romains commencent dans la région… Ces dépenses aggravent une fois de plus la situation économique du pays et de plus en plus de villages se vident de leurs habitants pour échapper aux taxes de plus en plus lourdes… Un sentiment anti-romain naît après le retour de Ptolémée XII à Alexandrie, particulièrement lorsque les Romains laissent une armée sur place pour assurer la stabilité du trône. L’Égypte est de facto un protectorat de Rome.

Cléopâtre VII : du meurtre au suicide

La jeune fille de Ptolémée XII monte sur le trône en mars 51. Un des premiers actes royaux de Cléopâtre VII est l’enterrement d’un taureau sacré Bouchis. La reine suit la tradition dynastique et épouse son frère, Ptolémée XIII. Jeune, au caractère vicieux, mais sous influence, le pharaon ne tarde à vouloir le trône pour lui tout seul. En quelques mois, les fidèles du roi contrôlent l’administration et une partie du pays. En été 49, les documents officiels commencent à être datés uniquement au nom de Ptolémée XIII, signe que Cléopâtre VII est reléguée au second plan. Trois hommes dirigent le royaume et influencent le jeune pharaon : Potheinos, Achillas et Theodotos de Chios. La reine, pour rester en vie, quitte Alexandrie en été 49. Elle rejoint d’abord la Haute Égypte puis s’exile en Syrie. Pendant ce temps, à Rome, la guerre civile éclate entre César et Pompée. Mais l’Égypte de Ptolémée XIII demeure fidèle au grand Pompée.

Jules César

La situation bascule après la défaite de Pompée à Pharsale (août 48). Pompée veut réorganiser son armée, mais il doit trouver des soldats et surtout de l’argent. Il souhaite le soutien de Ptolémée XIII. Mais Pompée arrive à Péluse (Nord Sinaï) au pire moment, l’armée royale combat l’armée de Cléopâtre. Conscient de la chute de Pompée et du triomphe de César, Ptolémée XIII décide de se ranger auprès de César et organise l’assassinat de Pompée dont la tête sera offerte à César à son arrivée à Alexandrie.

César exige que les deux souverains égyptiens viennent à Alexandrie. Rome est toujours la garante de la royauté égyptienne. Ptolémée XIII arrive et Cléopâtre VII veut expliquer sa position à César personnellement. Le retour de la reine à Alexandrie est bien connu : cachée dans un tapis, elle apparaît alors à César. Dans la réalité, la première rencontre entre l’Égyptienne et le Romain ne se déroula sans doute pas ainsi… Quoi qu’il en soit, César réinstalle Cléopâtre sur le trône avec son frère. En signe de bonne volonté, César cède Chypre à l’Égypte.

À ce moment-là, Ptolémée XIII et ses partisans décident de combattre César et Cléopâtre qui sont bloqués dans Alexandrie. Les Romains appellent à l’aide leurs alliés pour prendre à revers l’armée de Ptolémée. Ce dernier meurt durant les combats et une partie du port et des quartiers royaux brûlent. César sort vainqueur. Un jeune frère de Cléopâtre monte alors sur le trône, Ptolémée XIV. L’Égypte a de nouveau un roi et une reine. César demeure en Égypte quelques mois. Il entretient alors une relation intime avec la reine qui tombe rapidement enceinte. Le 23 juin 47 naît le jeune Césarion que la reine cherchera à faire reconnaître comme fils légitime de César. La reine part pour Rome avec son enfant en été 46. Elle y restera jusqu’au meurtre de César (mars 44). Une des causes de cet assassinat politique est l’influence de Cléopâtre sur César, particulièrement sur la royauté orientale. Les opposants ne veulent pas que César puisse devenir roi et détruire la République. Cléopâtre VII doit alors repenser sa politique étrangère. Dès son retour à Alexandrie, elle ordonne la mort de Ptolémée XIV pour faire couronner le jeune Césarion, Ptolémée XV.

Si Cléopâtre VII s’intéresse beaucoup à la diplomatie et au prestige du royaume, la situation intérieure est catastrophique : mauvaises révoltes, épidémies, crise économique. 

La guerre civile romaine et Marc Antoine

Les partisans de César, menés par Octave et Marc Antoine, combattent Cicéron, Cassius, Brutus partout. L’Égypte aide les premiers, mais refuse de les soutenir militairement. La bataille de Philippe (automne 42) marque le triomphe d’Octave et de Marc Antoine. Ce dernier reçoit l’Orient. Mais Marc Antoine a besoin d’argent, de nourriture pour consolider son pouvoir et faire la guerre contre le puissant empire parthe (en pleine Mésopotamie). Il doit faire appel à l’Égypte, mais Cléopâtre VII en stratège manœuvre pour être en position de force face aux Romains. La rencontre se fait à Tarse, en Turquie. Rien n’aboutit. Marc Antoine doit alors se rendre à Alexandrie (en début 40). Rapidement, le charme de la reine va faire tourner la tête de Marc Antoine. Cléopâtre donne naissance à deux enfants : Alexandre et Cléopâtre Séléné (fin 40). Mais Cléopâtre exige avant tout que Marc Antoine redonne à l’Égypte des îles et des terres ayant fait partie de l’empire égyptien, choquant Rome. Octave, qui cherche à prendre le pouvoir, attise la haine contre l’Égyptienne…

Les échecs de Marc Antoine contre les Parthes, la propagande d’Octave finissent par provoquer une nouvelle guerre civile entre Octave et Marc Antoine. Surtout, Marc Antoine répudie sa femme légitime, Octovia (35-34), en faveur de Cléopâtre… Habilement, Octave utilise cette affaire pour lancer une guerre totale. En 32, Rome retire à Marc Antoine son commandement et toute fonction officielle. Bien entendu, il ne l’accepte pas. La rupture est faite. Dans la foulée, le Sénat romain déclare Cléopâtre ennemie de Rome. La guerre devient inévitable. 

La bataille se déroule à Actium (2 septembre 31). Elle se solde par la défaite de la flotte de Marc Antoine, la flotte égyptienne quitte les combats avant la fin. Et l’armée de terre demeure inactive. Quelques jours après, la majorité de l’armée rejoint Octave. Cette défaite provoque aussi le ralliement de tous les territoires orientaux à Rome. L’Égypte perd son « empire » et Marc Antoine n’a plus rien. 

Cléopâtre tente alors de protéger son royaume, mais n’arrive pas à rallier des royaumes indépendants à sa cause. Octave arrive à Péluse au printemps 30, puis pénètre en Égypte. Marc Antoine essaie de s’opposer une dernière fois, mais de nouvelles trahisons dans son armée, anéantissent ses espoirs. Le 1er août 30, Octave pénètre dans Alexandrie et assiège le palais royal. Antoine se suicide, peut-être poussé par Cléopâtre qui cherche à sauver son pays. Les honneurs sont rendus à Marc Antoine tandis que Cléopâtre tente de manœuvrer Octave sur qui le charme de la reine ne fonctionne pas. Pour Cléopâtre c’est une impasse. Elle sait désormais que Rome ne lui laissera pas son royaume et que la vie de Césarion est menacée. Le 10 août, elle se suicide (soit par une morsure de serpent, soit par le poison). L’Égypte devient alors une province romaine. Et Octave termine son œuvre en ordonnant l’assassinat de son seul rival : Césarion, fils de Jules César, alors que Octave est « seulement » son fils adoptif…

Le siècle de Cléopâtre : le crépuscule de l’Égypte

Après avoir résumé l’histoire de l’Égypte, comment comprendre le siècle de Cléopâtre (de 80 à 30 av. J.-C.) ? Les Ptolémée règnent sur le royaume des pharaons de 304 (1) à 30 av. J.-C., mais l’apogée de l’empire égyptien s’arrête à la mort de Ptolémée IV (été 204).  Ensuite, c’est une longue décadence du pouvoir royal, miné par des pharaons trop jeunes, la lutte des clans, les guerres civiles au sein de la famille royale. Les guerres contre l’empire séleucide finissent par épuiser l’armée et l’Égypte. Plusieurs révoltes, en Haute Égypte, divisent le pays. Et Alexandrie s’isole définitivement du reste du pays. Les Alexandrins ne voient que leurs intérêts. Le pays est soumis à une exploitation économique systématique : tout est pour Alexandrie. La population s’appauvrit, les impôts atteignent des proportions jamais connues auparavant. Cette pression fiscale va, durant le 1er siècle, provoquer la désertification de nombreux villages, les habitants partant pour ne plus payer l’impôt. Cléopâtre VII ne va pas améliorer le sort du paysan, bien au contraire. Les mauvaises révoltes des années 40 touchent durement le peuple qui survit comme il peut. 

L’énigme de la mère

Aussi étonnant que cela soit, nous ne savons pas qui est la mère de Cléopâtre ! Beaucoup d’hypothèses circulent. Une d’entre elles veut que sa mère fût égyptienne, ce qui pourrait expliquer le fait qu’elle parle l’égyptien et qu’elle ait cherché à promouvoir une élite égyptienne à des postes jusqu’ici réservés aux Grecs et descendants grecs. 

Cléopâtre l’intellectuelle 

Depuis Ptolémée VIII, il existe un renouveau intellectuel que Ptolémée XII tente de garder. Les philosophes, médecins, mathématiciens… reviennent dans la ville, réinvestissent le temple des Muses (le muséum) et tout particulièrement la Bibliothèque. Cependant, les crises politiques ne favorisent pas la science. À Alexandrie, c’est grâce à la volonté royale que les savants viennent pour les institutions et le financement. Les Ptolémée financent beaucoup de choses. Ils faisaient tout pour préserver Alexandrie de la concurrence. Ainsi, lorsque la ville de Pergame (Turquie) se dota d’une grande bibliothèque, l’Égypte alla jusqu’à interdire l’exportation de papyrus… Marc Antoine envisagea même de déplacer les « livres » de Pergame à Alexandrie, un somptueux cadeau à Cléopâtre (2) …

Cléopâtre est-elle une intellectuelle, c’est-à-dire une amoureuse de la science ? Difficile de répondre à cette question. Nous savons qu’elle reçut une éducation de qualité et qu’elle parlait plusieurs langues dont l’égyptien, première et unique Ptolémée à le parler. Nous savons seulement que la Bibliothèque continua à fonctionner durant le règne de Cléopâtre et plusieurs siècles après elle. L’incendie du port lors du siège d’Alexandrie par Ptolémée XIII contre César se propagea à la ville, la Bibliothèque ne fut que partiellement endommagée. 

Pour le  reste, nous ne savons rien ou pas grand-chose de la reine. La légende et le mythe ne fournissant qu’une image très déformée de la réalité. 

Cléopâtre l’architecte

Après Ptolémée VIII, grand bâtisseur, l’Égypte construit peu de nouveaux temples. Le dernier grand temple pharaonique est celui de Denderah dont la construction débute en 54. La reine termine ou rajoute des décors à Médamoud, Philae, Kom Ombo, Coptos, Karnak.

Cléopâtre construit peu. Dans le détail :

- Denderah : poursuite de la construction, début de la décoration ;

- Ermant : édification d’une maison de la naissance dans le temple de Montou ;

- Coptos : chapelle de la barque (temple de Geb) et chapelle de Cléopâtre - Césarion ;

- Décor de chapelles à Kom Ombo.

- rajout de décor à Médamoud

- constructions à Alexandrie notamment dans le grand port, construction d’un ou plusieurs temples.

À Mariemont (Belgique), les fragments d’une statue colossale (peut-être de Cléopâtre VII) ont incité Marie-Cécile Bruwier, directrice du musée, à lancer une fouille à Alexandrie et plus précisément dans le quartier de Smouha, d’où ce colosse proviendrait. C’est là aussi qu’un des plus grands temples d’Alexandrie fut bâti, mais dont nous ne connaissons rien. Des vestiges de construction de grandes dimensions furent découverts laissant espérer la mise au jour du sanctuaire d’Éleusis. Mais il faudra confirmer, ou non, la découverte…

L’équipe de Franck Goddio dessine la carte de l’Alexandrie de Cléopâtre

Les fouilles archéologiques mettent au jour chaque année de nouveaux morceaux de cette ville fantôme, gisant sous les immeubles et routes modernes. On connaît peu la physionomie et les contours des quartiers royaux, des ports et les anciens rivages. Plusieurs années de fouilles intenses à quelques mètres de profondeur permirent de dévoiler les structures disparues et englouties d’Alexandrie. Une des plus grandes découvertes est celle du Portus Magnus, le grand port. Les noms aussi prestigieux que l’île d’Antirhodos, du Timonium pouvaient enfin être localisés avec précision. Le site de fouille dans le port actuel couvre 500 hectares ! 

Le premier travail consista, dès 1992, à établir une carte précise de la partie est du port d’Alexandrie. Le quadrillage serré des relevés et les magnétomètres détectèrent quantité d’anomalies et de structures. Grâce à ce minutieux travail, des fouilles « chirurgicales » eurent lieu à partir de 1996. Les plongées s’avérèrent difficiles et éprouvantes à cause de la pollution, des algues, des sédiments. La visibilité s’en trouvait réduite à quelques centimètres. Le mauvais temps empêcha souvent toute sortie en mer. Soulevés par les courants, les sédiments amoindrissaient la visibilité. Une des premières découvertes fut la péninsule du Poseidium (du nom de Poséidon). C’est là que les fouilleurs dénichèrent les ruines du Timonium, le palais sanctuaire de Marc Antoine. Un peu plus tard, l’île d’Antirhodos se révéla aux plongeurs. C’est là que Cléopâtre fit bâtir son palais. 

Mais qu’en est-il de la ville en elle-même ? Malheureusement nous n’avons quasiment pas d’indices, la ville antique étant sous la ville moderne. Les fouilles de terrain du Centre d’Études alexandrines reconstituent peu à peu le puzzle au gré des destructions d’immeubles, mais il nous manque toujours d’importants monuments tels que le quartier royal…

Cherche (désespérément) tombe de Cléopâtre

Une des nombreuses questions autour de Cléopâtre est sa tombe. À quoi ressemblait-elle ? Où se trouve-t-elle ? Marc Antoine a-t-il été inhumé avec la reine ? Il existait une tombe royale collective, la Sôma ou Sema. Cet immense tombeau était à l’origine celui d’Alexandre le Grand. Ptolémée I lança le chantier, mais à sa mort, le mausolée n’était pas terminé. 

Nous ne savons pas réellement à quoi ressemblait la Sôma. Une des hypothèses serait qu’elle reprenait le style macédonien : un grand tumulus et des aménagements intérieurs. La tombe se situait dans les quartiers royaux. Mais jusqu’à présent, ce tombeau légendaire n’a pas été retrouvé… Nos connaissances se limitent à quelques descriptions de voyageurs antiques.

Et pour Cléopâtre ? Nous ne savons pas où elle fut enterrée : dans la Sôma ? En dehors d’Alexandrie ? Là encore, aucune preuve, rien ! Depuis quelques années, la fouille du sous-sol du grand temple d’Osiris de Taposiris Magna a révélé de grandes galeries, des fragments de statues royales. Mais l’identification de ces statues est délicate. Pour certains, il s’agirait de Cléopâtre VII et de Marc Antoine, mais aucune inscription formelle n’appuie cette hypothèse. Et il est plausible que Marc Antoine eut les honneurs d’une tombe à Rome. 

Qui étais-tu Cléopâtre ?

Intrigante, politicienne, veuve noire, diplomate… tout a été dit sur Cléopâtre que la légende décrit comme très belle même si nous ne connaissons aucun véritable portrait réaliste de la reine, excepté peut-être un qui n’est pas des plus flatteurs. Son enfance fut difficile avec l’exil d’Égypte puis la reconquête du trône. Elle vécut les intrigues de ses frères et sœurs. Femme de caractère, cela ne fait aucun doute. Surtout, elle séduit Jules César et Marc Antoine et réussit à donner l’illusion d’une Égypte forte et indépendante même si en réalité, le royaume est toujours sous la bienveillance de Rome. Elle influença sans aucun doute César sur la royauté orientale, causant sa mort. Elle fait de même avec Marc Antoine.  

Si son action politique concerne beaucoup la diplomatie et le prestige de l’Égypte, la politique intérieure nous est peu connue. Plusieurs famines, causées par des récoltes catastrophiques, frappent la population. La pression fiscale est si insupportable que des habitants quittent en masse les villages. La crise économique sévit toujours et la reine continue à privilégier Alexandrie au détriment du reste du pays. Elle favorise l’émergence d’une élite égyptienne dans l’administration, mais les conditions de vie de la population demeurent difficiles.

Le règne de Cléopâtre est plein de contraste. Sa politique échoue finalement avec la défaite d’Actium et face à Octave, imperturbable devant les charmes de la souveraine. Cependant, tôt ou tard, Rome se serait emparée définitivement de l’Égypte. Le royaume était indépendant, mais sous tutelle romaine, Ptolémée XII scella le sort du pays des pharaons. Cléopâtre ne put ou voulut s’y soustraire réellement. 

De cette reine, il nous reste la tragédie des événements et de sa vie, à un moment de l’histoire où Rome prit possession de l’Afrique du Nord et de l’Orient. 

Bibliographie

Hawass & Goddio, « Cleopatra : the search for the last queen of Egypt », National Geographic, 2010.

C. Gengembre, Cléopâtre, Larousse, 2001.

Collectif, A history of the Ptolemaic Empire, Routledge, 2000.

 

Notes :

1) Ptolémée, général d’Alexandre le Grand, est couronné pharaon en janvier 304. L’Égypte est totalement indépendante et l’empire d’Alexandre est définitivement caduc. 

2) Légende ou réalité ?

 

Commentaires

Nos excuses. Correction faite

Nos excuses. Correction faite !

Publier un nouveau commentaire

  • Tags HTML autorisés : <a> <b> <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <dl> <dt> <em> <i> <img> <li> <ol> <p> <span> <strong> <u> <ul>
    Allowed Style properties: text-align

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Ceci sert à tester si vous êtes un utilisateur humain afin de contrer les robots spammeurs
                                                                               
88b d88 88 ,ad8888ba, 8b d8 88 88
888b d888 88 d8"' `"8b Y8, ,8P 88 88
88`8b d8'88 88 d8' `8b d8' 88 88
88 `8b d8' 88 88 88 Y88P 88 88
88 `8b d8' 88 88 88 d88b 88 88
88 `8b d8' 88 88 Y8, ,8P Y8, 88 88
88 `888' 88 88, ,d88 Y8a. .a8P d8' `8b Y8a. .a8P
88 `8' 88 "Y8888P" `"Y8888Y"' 8P Y8 `"Y8888Y"'



actualite | about seo