Skip to Content

Découverte à Thônis-Héracléion

La mission de Franck Goddio a annoncé de nouvelles découvertes sur l'ancienne ville de Thônis-Héracléion, aujourd'hui sous les eaux. 

"L'équipe a fouillé le canal sud de la ville dans lequel d'énormes blocs de pierre provenant d'un grand temple se sont effondrés lors d'un événement cataclysmique datant du milieu du IIe siècle avant J.-C. Il s'agit du temple du dieu Amon, où les pharaons venaient recevoir du dieu suprême du panthéon égyptien antique les titres de leur pouvoir de rois universels. Des artefacts précieux appartenant au trésor du temple ont été mis au jour comme des instruments rituels en argent, des bijoux en or et de fragiles récipients en albâtre destinés à contenir des parfums ou des onguents. Ils témoignent de la richesse de ce sanctuaire et de la piété des anciens habitants de la ville portuaire.

Sous l'aire du temple ont aussi été découvertes d'importantes structures souterraines soutenues par des poteaux et des poutres en bois recouvertes de nattes de papyrus. Elles sont très bien conservées et date du Ve siècle avant J.-C.
"Il est extrêmement émouvant de découvrir des objets aussi délicats qui ont survécu intacts malgré la violence et l'ampleur du cataclysme et de mettre au jour des structures qui étaient cachées de la vue de tous dans l'antiquité", déclare Franck Goddio, le Président de l'IEASM et directeur des fouilles.

C'est le développement et l'utilisation de nouvelles technologies de prospection géophysique qui a rendu possible la détection récente de cavités et d'objets enfouis sous des couches d'argile de plusieurs mètres d'épaisseur.

À l'Est du grand temple, un sanctuaire grec consacré à Aphrodite a été mis au jour. Il a livré des objets de bronze et de la céramique d'importation du monde grec. Il est le témoignage que les Grecs, autorisés à commercer, à s'installer dans la ville à l'époque des pharaons de la dynastie saïte (664 av. J.-C. - 525 av. J.-C.) avaient leurs propres sanctuaires à leurs dieux. La présence de mercenaires grecs est également attestée par de nombreuses trouvailles d'armes grecques. Leur rôle était de défendre l’entrée de l’Égypte à cette embouchure de la branche canopique du Nil, branche la plus profonde et la plus navigable dans l’antiquité.

Les vestiges de la ville portuaire de Thônis-Héracléion sont aujourd'hui engloutis à sept kilomètres de la côte actuelle de l'Égypte. Pendant des siècles, elle a été le plus grand port égyptien sur la Méditerranée bien avant la fondation d'Alexandrie par Alexandre le Grand en 331 av. J.-C. L'élévation du niveau de la mer et les tremblements de terre, suivis de raz-de-marée déclenchant des phénomènes de liquéfaction des terres, ont entraîné la submersion d'une zone de 110 kilomètres carrés du delta du Nil, engloutissant ainsi la ville de Thônis-Héracléion. Elle a été découverte en 2000 par l'IEASM.
Les recherches archéologiques de Franck Goddio sont soutenues par la Fondation HILTI."

Photo : Après la fouille, un plongeur archéologue contemple les énormes blocs du temple d'Amon, tombés au milieu du IIe siècle avant J.-C., dans le canal sud de Thônis-Héracléion. Ils ont été découverts sous 3 mètres d'argile dure.

Photo : Christoph Gerigk ©Franck Goddio/Fondation HILTI


Commentaires

Publier un nouveau commentaire

  • Tags HTML autorisés : <a> <b> <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <dl> <dt> <em> <i> <img> <li> <ol> <p> <span> <strong> <u> <ul>
    Allowed Style properties: text-align

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Ceci sert à tester si vous êtes un utilisateur humain afin de contrer les robots spammeurs
                                                                                
88 a8P 88b d88 8b d8 88 88 88 88
88 ,88' 888b d888 Y8, ,8P 88 88 88 88
88 ,88" 88`8b d8'88 Y8, ,8P 88 88 88 88
88,d88' 88 `8b d8' 88 "8aa8" 88aaaaaaaa88 88 88
8888"88, 88 `8b d8' 88 `88' 88""""""""88 88 88
88P Y8b 88 `8b d8' 88 88 88 88 88 88
88 "88, 88 `888' 88 88 88 88 Y8a. .a8P
88 Y8b 88 `8' 88 88 88 88 `"Y8888Y"'



actualite | about seo